jeudi 19 juillet 2007

La tunique d'infâmie de Michel Del Castillo

« Choisi » par Son Excellence Manrique Gaspar del Rio, célébre inquisiteur, Michel del Castillo, doit comprendre la vie de Manrique et ainsi en découvrir le secret essentiel. Ce dernier, fervent catholique, qui deviendra évêque de Palencia a été élévé par son oncle Almagro à Soria, bourg pauvre et montagnard. A Salamanque Manrique connaîtra Gonzalvo, qui l’aidera à devenir Inquisiteur. A Valladolid lors d’un autodafé son regard croisera celui de Guillermo Lopez, médecin, chirurgien mais... juif ce qui lui vaut de passer sur le bûcher. A Grenade, après avoir vu la vieille Antonia Gomez se faire torturer par l’Inquisition, Manrique demandera un entretien avec la suppliciée. Mais quel est le dénominateur commun entre Manrique, Gonzalvo, Guillermo Lopez et Antonia Gomez ? Ce livre nous mène dans une Espagne d’une autre époque, celle de la « chasse » au non catholique, des conversos, des hérétiques, des derniers Maures d’Espagne. Outre le côté historique, ce livre est construit d’une façon très originale ce qui en fait son charme je trouve. L’auteur suit les traces de Manrique (ceci à 300 ans de distance) et à chaque fin de chapitre Manrique donne son opinion sur les écrits de Michel del Castillo. De plus lorsque l’auteur piste Manrique il s’adjuge le droit de nous faire voir l’histoire de sa vie en pointillé. La Guerre Civile, l’exode, le retour dans l’Espagne de l’après guerre, la mort du Caudillo. Il est clair que Michel del Castillo n’ a pas voulu écrire un livre autobiographique dans le sens strict du terme. L’auteur a préféré que l’Inquisiteur Manrique «voit » notre siècle et le lecteur celui de Manrique. Les descriptions, de l’existence des gens, des villes et paysages traversés par Manrique et l’auteur, sont simples et réalistes. Ceci ajouté à l’intrigue de la vie de Manrique et à l’amalgame de la vie de l’auteur font de ce roman, qui n’est point rébarbatif à lire loin s’en faut, une œuvre très intéressante à lire pour qui aime l’histoire de l’Espagne. Edouard RODRIGUEZ

1 commentaire:

prof a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Publicité