mardi 30 octobre 2007

Petit déjeuner chez Tiffany de Truman Capote

Holly Golightly est une jeune et charmante cover-girl qui mène à New York une vie frivole faite de soirées débridées et d'amants riches qui l'entretiennent. Le narrateur habite un appartement voisin. En faisant la connaissance de Holly, il découvre cet univers superficiel, mais surtout s'attache à cette jeune femme si différente, si étrangère à sa vie paisible, voire ennuyeuse. On le sent fasciné par cette fille ravissante, intéressée, sophistiquée, fantasque et frivole, quelquefois parfaitement horripilante. Mais il découvre petit à petit que ce n'est qu'une façade, qui cache un être fragile, sensible, blessé par la vie, fuyant son passé sans bien savoir où elle va. Ces deux personnages vont se croiser, se déchirer, se retrouver, jusqu'au dénouement final. La vie du narrateur en sera bouleversée : après Holly, plus rien ne sera comme avant.
Les autres nouvelles sont moins fouillées, mais c'est justement leur brièveté qui fait leur force. "La maison des fleurs", c'est l'histoire d'une prostituée haïtienne, qui épouse un paysan dont elle tombe amoureuse, abandonnant la vie et l'argent faciles que lui procuraient ses clients. "La guitare de diamants", sans doute ma préférée, raconte l'histoire de deux prisonniers qui planifient ensemble leur évasion. Mais plus que cela, il s'agit d'une histoire d'amitié entre deux hommes très différents qui, au-delà du sens littéral, s'évadent de l'univers carcéral grâce à la musique et à la relation forte qui naît entre eux. Enfin, dans "Un souvenir de Noël", le narrateur se remémore l'amitié qui le liait enfant à une vieille dame avec qui il préparait tout un rituel au moment de Noël, cuisinant des cakes, décorant le sapin, économisant le moindre cent pour offrir à l'autre un cadeau venu du coeur... J'ai adoré ce livre. Chaque nouvelle est simplement mais magnifiquement bien écrite. Il n'y a jamais un mot de trop : tout est subtilement suggéré. De plus, j'ai été extrêmement sensible aux atmosphères : le cadre est aussi important que l'histoire, qu'il s'agisse du monde frivole de Holly ou du Noël du petit Buddy, décrit de façon si émouvante qu'il m'a presque semblé sentir l'odeur du houx ! On pourrait s'étendre sur la critique sociale que l'on sent à travers ces pages, mais pour ma part, c'est avant tout un sentiment de nostalgie douce-amère qui me reste à la fin de cette lecture. Ces nouvelles, finalement, sont à l'image de Holly : on les croit légères et sans grande portée, mais elles vous marquent, et vous n'en sortez pas tout à fait indemne.
Fanny LOMBARD

1 commentaire:

Fanyoun a dit…

Je viens sur ce blog pour la première fois et j'y reviendrais. Les livres ne sont pas donnés et effectivement, parmi les livres de poche, il y a de quoi faire notre bonheur.

Publicité