vendredi 23 mai 2008

Le jeûne et le festin d'Anita Desaï

Nous sommes en Inde. A 40 ans, Uma n'est pas mariée. Pas vraiment jolie et plutôt sotte, on ne lui a jamais trouvé d'époux. Elle vit donc avec ses parents, à qui elle tient plus ou moins lieu de bonne à tout faire, dans une atmosphère étouffante. Vieille fille, elle trouve une maigre consolation dans sa collection de cartes de Noël et ses activités religieuses. Sa jeune et jolie soeur, Aruna, courtisée par tous les bons partis, s'est mariée et a déménagé en ville. Quant à son frère, Arun, fils adoré porteurs de tous les espoirs des parents, il poursuit des études aux Etats-Unis. Hébergé chez les Patton, il y découvre un mode de vie bien différent : la mère passe son temps à acheter des aliments que personne ne consomme, la fille traduit son mal-être par de violentes crises de boulimie, et chacun, au final, semble vivre sans se soucier des autres... Ce roman est divisé en deux parties. La première se déroule en Inde et, à travers le regard et les souvenirs d'Uma, nous montre la vie et l'histoire d'une famille indienne, plutôt ouverte sur l'occident, mais néanmoins ancrée dans une culture et un mode de pensée figé dans la tradition, entre mariages arrangés et adoration du fils unique. La cellule familiale, étouffante et autoritaire, est un univers de violence et de frustrations, générateur d'angoisses. Dans la seconde partie, plus courte, nous retrouvons Arun, le fils chéri, aux Etats-Unis. Il loge chez les Patton, famille moyenne américaine. Cette partie du récit adopte le point de vue d'Arun, et c'est à travers son regard que nous découvrons une société américaine, qui sous des dehors plus libres, se révèle en proie à un individualisme et un consumérisme tout aussi anxiogènes. J'ai apprécié ce livre. Les flash-backs du début m'ont un peu déconcertée car ils "cassent" le rythme du récit, mais ils permettent de mieux comprendre ce qui se joue au sein de la famille d'Uma et de prendre la mesure d'une conception des choses qui, culturellement, nous est étrangère. Au-delà des personnages, auxquels je ne me suis pas vraiment attachée, c'est l'opposition entre les deux sociétés que ce roman met en relief. Le trait m'a parfois semblé un peu caricatural, mais le propos reste intéressant. Néanmoins, ce livre m'a laissé un petit goût d'inachevé. Dommage que la seconde partie, moins fouillée que la première, manque un peu de finesse... Fanny LOMBARD

1 commentaire:

Georges F. a dit…

Je passe par hasard chez vous, et je m'arrête : c'est bien, vos choix de livres ne sont pas trop évidents, et même pas du tout. J'aime bien vos parti-pris.

Publicité